Validé, bienvenue dans le milieu cruel du rap

Première série consacrée au rap français, la première saison de Validé, réalisée par Franck Gastambide, est sortie le 20 mars. Au total, ce sont 10 épisodes de 30 minutes chacun durant lesquels le public s’immerge dans les coulisses plus ou moins glorieuses du rap français.

Une légitimité forte

Si aucune série sur le rap français n’avais été faite auparavant, c’est parce que très peu de réalisateurs connaissent le milieu du rap ou même en écoutent tout simplement, comme le résume Franck Gastambide pour 20 minutes :  » Je ne suis pas sûr que l’on soit de très nombreux réalisateurs français à être passionnés de cette musique. » Mais de part son expérience, (il a déjà collaboré avec des rappeurs pour ses précédents films), le natif de Melun avait ainsi la casquette pour réaliser cette série. Pour que la série fonctionne, il fallait ainsi quelqu’un qui maîtrise ce milieu particulier qu’est le rap. Sans aucun doute, Franck Gastambide a cette légitimité là. Pour renfocer celle-ci, les apparitions dans la série de rappeurs tels que Ninho, Soprano, Lacrim ou même l’évocation de collaborateurs comme Fifou (graphiste qui a réalisé les pochettes de PNL, Booba, Kaaris,…) renforcent l’immersion au sein de ce milieu. Les nombreuses scènes dans l’émission Planète Rap ou dans le Mouv’ montrent aussi la connaissance importante de ce milieu. De plus, qui mieux que Canal + pour produire une série sur le rap français. Parmi toutes les chaînes de télévision du paysage médiatique français, c’est sûrement la plus proche du hip-hop français, et ce depuis de nombreuses années déjà. C’est d’ailleurs grâce à une série produite par Canal +, Kaïra Shopping, que Franck Gastambide s’est révélé au grand public.

Enfin, le casting montre aussi l’envie d’avoir une série légitimite. Moussa Mansaly et Clément Hatik, les deux personnages principaux, sont eux-mêmes rappeurs.

Ninho fait une courte apparition dans la série.

Apash, au coeur du synopsis

La trame de cette première saison est l’émergence d’un jeune rappeur, Apash, interprété par Clément Hatik. Ce dernier est au début un petit dealer de quartier qui cherche juste à mettre à l’abri sa famille. Mais, un freestyle dans Planète Rap va faire décoller sa carrière de rappeur. Problème, ce freestyle intervient durant une émission dédiée à Mastar, joué par Moussa Mansaly. Ce dernier n’apprécie guère la jeune pépite mais est quelque peu forcé de collaborer avec lui. Très vite, les relations entre les deux rappeurs se tendent. Malgré son admiration pour Mastar, Apash se retrouve en clash avec lui. Si il y a bien un aspect du rap qui est mis en exergue dans cette série, c’est bien les nombreux obstacles vers le sommet. En effet, tiraillé entre le professionnalisme des maisons de disque et ses proches comme Mounir (Adel Bencherif), le jeune Apash est très vite perdu.

Apash, entouré de ses amis de toujours, William et Brahim. Crédit photo : Allo Ciné

Le rap, un milieu hostile

Accompagné par ses fidèles amis comme William (Saïdou Camara) et Brahim (Brahim Boulel), Apash se retrouve dans un milieu où la concurrence et les coups bas sont chose commune. La décision de Mastar de sortir la réédition de son album le jour de la sortie du premier album d’Apash ou bien le coup du concert devant la prison en sont les exemples les plus criants. La série montre que le rap est un monde concurrentiel ou les espoirs de richesse et de succès ne sont comblés qu’après bien des galères. « Mais en fait, les galères ça s’arrête jamais ? » dit Apash dans le 7ème épisode. La notoriété rapide du jeune dealer qui se retrouve très vite invité dans des soirées privées organisées par Adidas semble difficile à gérer. Son passé compliqué, entre un père absent et des galères liées au trafic de drogue, complique l’ascension d’Apash. Mais ce dernier arrive toujours à surmonter chaque galère, n’hésitant pas à prendre des risques inconsidérés. Car c’est bien cette prise de risque constante qui caractérise la progression du jeune rappeur au cours de cette première saison. Ce dernier est prêt à effectuer un go-fast pour financer ses concerts ou à aller au contact de ses ennemis les plus virulents comme Karnage, le jeune protégé de Mastar.

Le réalisateur Franck Gastambide joue aussi le rôle de Sno, un beatmaker.

En bref, l’envie d’être réalister et légitime font de Validé une série très professionnelle, saluée par l’ensemble des critiques. La fin de la saison laisse en haleine tout le monde et nombreux sont ceux qui s’interrogent comment la deuxième saison se passera. Le tournage de cette dernière devrait commencer au mois du juin.

Instagram

Dernières Actus

C.O.R dévoile son nouveau titre « Mahrez »

Ce vendredi 3 avril, le rappeur C.O.R a dévoilé son nouveau titre « Mahrez », accompagné d’un clip. Tourné au coeur de son quartier,...

Les rappeurs à suivre en 2021 !

On y est, 2020 se clôture enfin et malgré la situation sanitaire actuelle, l’année nous a bien servi musicalement. Les rappeurs déjà...

13 Block : Back to the Trap avec « Boite 6 40 kil »

Dans le game depuis 2012 , 13 Block a su marqué son territoire a travers des textes bruts et sans filtre. Au...

Maes, « Pure » produit de Sevran, le Atlanta FR.

Le jeune rappeur sevranais a fait du chemin depuis Réelle Vie 1.0,entre son incarcération , et ses multiples...

Zola casse tout dans BroBro

Le natif de l’Essonne, qui sortait en avril 2019 son premier album Cicatrices, certifié disque d’or en mai 2019  puis disque de platine...