Le Bilan de Gianni

« 23 : BILAN DE VIE » est disponible sur toutes les plateformes depuis ce vendredi 17 avril. Le jeune rappeur revient au travers de ces nouveaux titres sur une année qui a marqué sa vie. En pleine ascension, Gianni pose le bilan sur ses expériences et son évolution.

C’est donc avec ces 12 sons que l’auteur offre une introspection et un constat sur sa carrière. En effet, ce jeune rappeur a été initialement reconnu pour sa plume, et poursuit, après sa première apparition au coté de Ninho en 2017, son ascension à l’aide de nombreux visuels novateurs et des sons personnels.

Cette mixtape nous embarque au travers de douces mélodies dans ce qui est la vie de Gianni. Il nous fait part de sa vie dans les quartiers de Romainville, et de sa lassitude du monde. En effet, il est difficile de rêver et de penser à de belles choses lorsqu’on est confronté à la précarité au quotidien, qu’il définit comme « la rue et ses aléas ». L’idée de grandir dans un monde régit par la violence, la pauvreté et une certaine forme de carence culturelle, la route du succès apparait dès lors comme un terrain escarpé.

« En écrivant mon histoire quelques ratures »

Tel un bilan, le rappeur fait part de son vécu, de ses rêves et de ses envies, marqués par ses souvenirs et son passé. Ses lyrics présentent en réalité une beauté froide, celle des mots et des songes, ensevelie sous un quotidien bercé d’illusions. L’amour parvient à percer par quelques éclats sa cotte de maille afin d’apporter un peu de lueur dans un monde noir. Malheureusement, cette faille n’est pas suffisante pour illuminer son âme de poète, qui à la manière des rêveurs, est torturé par ses pensées : « chacun ses vieux démons à tuer ».

Gianni devient, à sa manière, un poète contemporain, qui fait rimer la rue et laisse sa musique parler à sa place. Et si la mélancolie est la clé de voute de son projet, elle est aussi un antidote et une catharsis. Grâce à certaines références telles que « mauvaise graine est devenue fleur du mal », l’artiste s’inscrit dans le spleen baudelairien, qui associe un véritable mal et une rage de vivre dans une profonde mélancolie.

« Des souvenirs, j’ai tout laissé au fond de l’armoire »

Un feat qui en dit long

En effet, l’unique featuring qui apparait dans « 23 :BILAN DE VIE », est posé sur « De la Hoya », au coté du rappeur américain Don Toliver. Rares sont les collaborations entre rappeurs français et rappeurs US et pourtant le résultat est remarquable. Deux univers et deux histoires se rencontrent pour s’assembler et offrir une plus large diversité, rythmée et mélodieuse.

Il aborde ainsi le temps qui passe, la nostalgie, ses regrets… tout en étant un artiste ancré dans le futur du rap français.

Instagram

Dernières Actus

Les rappeuses sur le devant de la scène

La voix des femmes est en réalité omniprésente dans le rap, aussi bien français qu'international. La jeune anglaise Little Simz prend part...

Bosh : toujours plus chaud dans Synkinisi.

De retour avec Synkinisi, Bosh envoie avec cet album du très lourd. Déjà connu pour son flow percutant,  il revient avec un large panel...

ZKR, Brulux, 1863: Le radar d’la rédac

Retrouvez toutes les principales sorties rap de la semaine dans le radar d'la rédac de RapFrActus !

Les sorties du vendredi 20 mars

Ce vendredi 20 mars 2020, deux albums attendent nos amoureux du rap, celui de Jok'air et Soolking. "Jok'Chirac"...

Into the Kekra-verse

Le 28 juin dernier, Jacques Kossowski est réélu maire de Courbevoie, son cinquième mandat d'affilé depuis 1995. Surplombée par La Défense, la...