Hooss : un retour fracassant pour le boss de la French Riviera

Pour inaugurer son label Ocho Music France, Hooss nous a dévoilé la première partie de son EP Prohibé, Chapitre 1 : Le retour du H. Par la même occasion, nous nous sommes entretenus avec lui. Après French Riviera vol.3, découvrez comment Hooss a organisé son retour en puissance. Nous vous proposons de redécouvrir ce rappeur du Var et son projet.

Jérémie : Quand et comment t’es venue l’envie de faire de la musique ?

Hooss : Je suis passionné de musique et donc l’envie de rapper m’est venue automatiquement autour de l’âge de 13 ans. J’ai commencé sur des karaokés et on peut encore en retrouver certains extraits sur des pages fans.

Maël : Tu es le seul rappeur à mettre la lumière sur la French Riviera. On a l’habitude d’entendre des rappeurs de Marseille ou de Paris. Est-ce que tu penses contribuer à la création d’une nouvelle scène ?  

Hooss : La Côte d’Azur a une vraie scène. Elle est présente depuis longtemps. Il y’a une vraie manière de rapper ici, avec des codes différents de Paris ou de Marseille. J’aimerais bien qu’à l’avenir elle soit plus mise en avant. Et j’espère que mon label va y contribuer en révélant des jeunes talents de la région.

« J’ai fini d’écrire les quatre chapitres de Prohibé »

Jérémie : Le confinement ça t’a porté préjudice au niveau professionnel, (albums ou dates reportés) ou au contraire t’as été super productif ? C’est quoi ta journée type pendant le confinement ?

Hooss : Le confinement m’a permis d’être très productif. J’ai fini d’écrire tous les chapitres de Prohibé. Néanmoins, il y a quand même eu des ralentissements au niveau professionnel, notamment pour la sortie de clips. C’est d’ailleurs pour ça que le projet a été scindé en plusieurs chapitres.
Pendant le confinement pour m’occuper je fais rien de spécial. Je fais comme tout le monde : Netflix, Play et je travaille des instrus toute la journée.

Maël : On a écouté l’EP, on sent que t’as voulu te diversifier, d’où te vient cette envie d’élargir ta palette musicale ?

Hooss : Ce projet, c’est la suite logique de Woodstock. Mon envie de m’élargir c’est grâce à la rencontre avec Punisher, un beatmaker. Il a produit quelques un de mes morceaux. C’est très différent de ce que je faisais avant. Y’a une réelle alchimie avec lui.

Jérémie : Y’a un morceau qui s’appelle “Le retour du H”. Tu as été absent pendant 1 an. Tu considères être de retour dans le game ou tu ne l’as jamais vraiment quitté ?

Hooss : C’est un morceau assez fort dans l’EP. Malgré l’attente de 1 an j’ai été très productif. J’ai écrit beaucoup de morceaux qui sont prêt à sortir. Ça été dur d’en sortir car je devais gérer mon label. Mais ne vous en faites pas, c’était une situation inédite.

Maël : Une seule collaboration au programme, avec Yassin. Tu peux le décrire un peu ? Comment tu le connais, et pourquoi ce choix ? (la connexion s’est bien faite ?)

Hooss : L’objectif avec la création du label Ocho Music France c’était aussi de mettre en avant les artistes qui nous font kiffer. C’est d’ailleurs pour ça que dans chaque épisode il y aura un feat. Dans le prochain ce sera ISK.
Yassin c’était une totale découverte. On a aimé le duo qu’il forme avec son compositeur Erton. Mon manager à contacté le producteur de Yassin, on s’est retrouvé au studio et le feeling est super bien passé. Je vous conseille de le suivre d’ailleurs.

« On a encaissé, on est pas mort on est blessé »

Jérémie : La phrase “On a encaissé, on est pas mort on est blessé”, dans ton album nous a interpellés. C’est en référence à ton ancien projet ? Comment tu l’as vécu, et est-ce que la sortie de cet EP est la parfaite contre-attaque ?

Hooss : “On a encaissé”. C’est surtout en référence au fait que je sois devenu indépendant avec mon label. Entre autre, je suis devenu producteur à 100%. Je suis à fond tout seul. C’est une contre-attaque, oui, dans le sens ou je suis capable de travailler seul et que j’ai plus besoin d’une équipe derrière.
Pour en revenir à mon ancien projet, FRV3 était clairement en dessous de nos attentes. On s’y attendait. Ça m’a remis en question. Mais au lieu de me laisser abattre j’ai repris les choses en main. J’ai beaucoup appris de ça, ç’a m’a bien fait évoluer.

Maël : Tu es papa maintenant, qu’est ce que la paternité a changé chez toi ? T’es quel genre de père ?

Hooss : Je passe mon temps avec lui , je suis un véritable papa poule, et le fait d’avoir un enfant m’a permis de m’assagir.

Jérémie : C’est quoi la suite pour toi après ce projet ?

Hooss : Après cette série d’EP, je pense revenir avec un album traditionnel. J’espère que ça sortira d’ici la fin de l’année.

« Mon feat idéal ? Ce serait avec Koba LaD »

Maël : Quel serait ton feat “idéal” sur la scène FR. Et à l’international ?

Sur la scène FR, je dirais Koba LaD.  J’ai suivi son évolution et en à peine 2 ans de carrière il a su s’imposer. Imaginez ce que ce sera dans 5 ans !
Quant au feat international, ce serait avec Cheba Warda, une artiste algérienne dont la musique me plaît beaucoup.

Le projet de Hooss, Prohibé, chapitre 1 : Le retour du H, est toujours disponible sur toutes les plateformes de streaming

Instagram

Dernières Actus

Maes, « Pure » produit de Sevran, le Atlanta FR.

Le jeune rappeur sevranais a fait du chemin depuis Réelle Vie 1.0,entre son incarcération , et ses multiples...

Dinos dévoile ses inachevés

Moins de 6 mois après avoir sorti son projet "Taciturne", Dinos nous a livré ce vendredi un nouvel EP de 10 titres,...

BLO II, la consécration.

On est le 26, demande à 26. Le tant attendu quatuor de Sevran, 13 Block, s'exprime de nouveau ce vendredi 27 novembre...

« Pack de 6 », l’EP surprise d’Alonzo

C’est une excellente nouvelle pour les fans d’Alonzo ! Dans la nuit de dimanche à lundi, le rappeur marseillais a dévoilé un...

Cavaliero, Booba

Décidément il s'en est passé des choses en cette fin de semaine. Après l’apparition des projets de Kaza, Sneazzy, Josman et...